Rechercher dans ce blog

vendredi 3 avril 2020

Recyclage / je vous demande de vous arrêter (billet énervé)

 Je vous demande de vous arrêter... (billet énervé)


On démarrait [ben oui “steup, continue, écris des billets” qu’ils disent, mais ça prend du temps d’écrire, faut pas croire non plus] notre troisième semaine de confinement et je me disais que les choses allaient se calmer, qu’on allait entrer dans une routine bien rodée... Mais... rrrain du tout, queud (désolée pour la familiarité), peau d’chi...

Côté boulot, c’est réunion sur réunion sur réunion, entrecoupées d’appels et de sms sinon c’est pas drôle, les horaires les plus improbables semblent permis puisque “de toutes façons tu ne bouges pas, hein”...
Ben voyons ! Quand dans tout ça tu es censée cheffer Elodie, 1ère à protester 1ère à transgresser avec des mails le dimanche, je vous jure, c’est pas de tout repos !

Côté vie sociale essaie l’anniversaire en mode confinement, vas-y essaie ! Les skypéros famille, belle-famille et amis, les notifs facebook et whatsapp (y compris sur les boucles où tu n’es pas mais c’est corrigé merci Laurence) les sms et les vocaux, répondre à tout le monde parce que quand même c’est gentil... C’est bien simple ça m’a E-PUIS-EE... Comme je le disais à Benoit je me souviendrai longtemps de cet anniversaire. Spéciale dédicace à Marie Eve qui a quand même réussi à glisser une demande de billet dans son message de bonnanniversaire.
Tu l’as voulu, tu l’auras !

Côté RézoSociaux on attaque la saison 3 de #PassionChloroquine. Ça se déchaîne de tous côtés à tel point que l’illustre gourou lui-même doit se fendre d’une vidéo pour dire - en substance -

Les petits chats je vous aime beaucoup beaucoup beaucoup mais sans ECG et sans dosage du potassium... la chloroquine c’est NON en fait...
”.

Sans blague !
Et, un jour, peut-être, on commencera à mesurer le temps perdu à ne pas avoir fait les choses proprement et - si l’effet de la chloroquine devait être confirmé, ce qui reste donc à démontrer - à compter le nombre de “pertes de chances” dans la réalité pour avoir voulu éviter les pertes de chance dans le bras placebo d’un essai correctement conduit, #oupas. Mais la croisade d’une diva de la recherche contre l’establishment et la méthode scientifique vaut bien ça !


Evidemment ce qui figure plus haut n’est qu’un avis personnel, mais puisque tout le monde y va du sien dans ce délire postmoderne où la science devient une question d’opinion comme dans un billet partagé par Laetitia... Les grandes crises de l’histoire ont toujours été accompagnées d’une régression des idées, on ne voit pas pourquoi celle-là y échapperait (et ça - entre nous - ça, ça me fait vraiment peur).

Tout le monde n’est décidément pas familier du “vrai” temps de la recherche, celui que connaissent trop bien les familles de l’AFM-Téléthon. Franchement les gars, là ça va vite, ça va très très vite même ! Mais oui, la vérité du combat contre la maladie, contre n’importe quelle maladie, qu’elle touche 1 personne sur 1 million ou le monde entier, est que c’est un chemin semé d’embûches, de vraies trouvailles et de faux espoirs, d’avancées fulgurantes et de coups d’arrêt, d’enjeux scientifiques, éthiques, économiques, industriels... Un chemin exigeant, ouvert aux intuitions et à la créativité mais un chemin méticuleux aussi, un chemin ingrat fait de ténacité et de rigueur. Demandez juste à ChristelleXavierAlexandre ou Fanny par exemple.

La colère contre l’impuissance médicale, contre l’absence de remède est une colère qui m’est devenue trop familière pour ne pas la reconnaître dans cette #PassionChloroquine.


L’observer renforce encore - s’il était besoin - mon admiration pour MarinaBenoitLaureChristineFrançois leurs camarades et leurs prédécesseurs, qui ont su dépasser cette colère - qui dans leur cas se doublait d’une indifférence quasi générale - et en faire un moteur, une force incroyable [spoiler], une force qui chaque année fait bouger des millions de français.

Voilà, c’est pour cela, mes chers amis, que “je vous demande de vous arrêter” , votre colère, vos colères (parce qu’il n’y a pas que la chloroquine, y a aussi les masques, Sibeth, les incompétents, les imprévoyants, les inconsidérés, les méprisés, les oubliés et évidemment que j’en oublie...) sont légitimes, mais en fait juste stériles. Vous vous épuisez à coup d’invective et de trolling sur les réseaux sociaux et les réseaux asociaux (dédicace Christophe et Gildas #CeuxQuiSavent), la dépression vous guette, le désespoir n’est pas loin pour certains si j’en crois mes DM... Transformez cette énergie qui vous dévore et qui vous mine, en vrai, agissez bordayl !

“T’es con ou quoi ? On ne peut pas agir on doit rester chez nous !”

[respire]


Alors...



Déjà, si vos comptes bancaires le permettent, vous pouvez soutenir ceux qui sont au front (voir mon article précédent pour liste de références à compléter). Ensuite le Secours populaire ou Les Petits Frères des Pauvres pour ne parler que d’eux ont des missions pour vous.
Si vous avez une machine à coudre, faites comme la famille de David ou Florence et lancez vous dans la couture de masques textiles... Evidemment si vous avez une imprimante 3D comme Ingrid vous pouvez vous lancer dans l’impression de porte-visière pour les soignants avec www.visieresolidaire.org et si vous n’en avez pas, comme Laetitia faire connaître ce service à un établissement de soin qui en exprime le besoin, ou si vous connaissez des industriels qui ont des bobines de plastique inutilisées aussi par exemple hop hop hop MP please @ Shields - visieresolidaire - Covid19 - Anthony - Île-de-France. Distrayez nous avec de belles images, des performances artistiques, de l’humour, ça compte aussi, et ça compte beaucoup !
Et puis si vous entrez dans les critères, vous pouvez toujours vous déplacer jusqu’à un point de collecte EFS, ça c’est autorisé.

Voilà, arrêtez de pigner, ça ne sert à rien et ça vous épuise, vous tournez en rond dans vos lieux bocaux de confinement, sur vos écrans et dans votre tête. Rendez-vous utiles, vous vous sentirez mieux...

Et oui demain est toujours un autre jour et il nous faudra toujours un max de forces et beaucoup [mais alors vraiment beaucoup] de bienveillance pour le construire ensemble !


Bisous confinés !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Amie lectrice, ami lecteur, tes commentaires sont bienvenus mais modérés.

C'est comme ça, ici je suis chez moi et je me permettrai d'éconduire les fâcheux, injurieux, haineux en tout genre...

Mais pour toi qui veux débattre, argumenter, contre-argumenter, questionner : la porte du blog et de ses commentaires reste grande ouverte !